Vous êtes ici : ISMFRL'INSTITUTActualitésÉvénements scientifiques

Colloque international "Soft Power, Éthique, Intérêts"

Ce colloque est organisé les 8 & 9 novembre 2018 en Slovaquie, par l'Université Matej Bel, Europanova, la Nouvelle Université Bulgare, la Universitatea « Alexandru Ioan Cuza » din lasi, l'Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, l'association AIRMAP, la Représentation de la Commission européenne en Slovaquie, le Département de Science Politique de l'université Comenius, l'Ambassade de France et l'Institut Français de Slovaquie. Il portera sur le thème "Soft Power, Éthique, Intérêts".

du 8 novembre 2018 au 9 novembre 2018

les 8 & 9 novembre 2018
Banska Bystrica (Slovakia)
Université Matej Bel, Banská Bystrica
Faculté des sciences politiques et des relations internationales
Europanova
Action pour une Europe politique
Nouvelle Université Bulgare
Laboratoire de recherche sur les politiques publiques
Universitatea « Alexandru Ioan Cuza » din Iași
Centre for European Studies
Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines
Institut Supérieur de Management – LAREQUOI
Chaire Jean Monnet ad personam « Identités et cultures en Europe »
Association Internationale de Recherche en Management Public (AIRMAP)
Représentation de la Commission européenne en Slovaquie
Département de Science Politique, Faculté des art, Université Comenius, Bratislava
Ambassade de France en Slovaquie
Institut Français de Slovaquie


Résumé


L’expression soft power est désormais, après l’article de Joseph Nye de 1990 (cf. également Nye, 2006, 2008 ; Vuving, 2000), largement utilisée pour désigner les diplomaties d’influence « douces », a priori non coercitives, organisées dans le cadre des relations internationales actuelles. L’objectif de ces activités diplomatiques est de tenter d’influencer souvent indirectement le comportement d’un acteur politique, économique, social au bénéfice des intérêts d’un gouvernement, d’un État. Quand la démarche réussit, les cibles du soft power adoptent alors un point de vue, une opinion, voire changent de comportement sans coercition directe et sans avoir le sentiment d’avoir été contraint.
L’expression soft power recouvre donc un ensemble d’activités qui se justifient par une orientation particulière de la diplomatie traditionnelle et par la mise en place d’une diplomatie publique, avec un élargissement des acteurs. En effet, depuis quelques années, de nombreuses organisations, des entreprises, des ONG, des lobbies ou encore des groupes politiques revendiquent également une activité diplomatique et s’inscrivent dans une démarche de soft power.
Informations complémentaires

Comité scientifique
  • Olivier Arifon, Protocol International
  • Julien Arnoult, CERSA, Université Paris 2
  • Mourad Attarça, ISM, Larequoi, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Jozef Bátora, Department of Political Science, Faculty of Arts of the Comenius University, Slovakia
  • Elise Bernard, EuropaNova
  • Hervé Chomienne, ISM, Larequoi, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Jean Crombois, American University, Bulgarie
  • Thierry Côme, Larequoi & Université de Reims-Champagne-Ardenne
  • Lucile Desmoulins, DICEN-Idf, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Antoniy Galabov, Nouvelle Université Bulgare, Sofia
  • François Goxe, ISM, Larequoi, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • William Gueraiche, American University in the Emirates
  • Radovan Gura, Université Matej Bel, Banska Bystrica
  • Branislav Kováčik, Université Matej Bel, Banska Bystrica
  • Jana Marasova, Université Matej Bel, Banska Bystrica
  • Gabriela Carmen Pascariu, Centre d’études européennes, Université de Iasi
  • Stela Raytcheva, ISM, Larequoi, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Gilles Rouet, ISM-UVSQ & Université Matej Bel, Banska Bystrica
  • Maria Rostekova, Université Matej Bel, Banska Bystrica
  • Bronislaw Sitek, WSGE-University of Euroregional Economy in Józefów- Warsaw, Poland
  • Michael Viegas-Pires, ISM, Larequoi, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Peter Terem, Université Matej Bel, Banska Bystrica